03 Déc 2011

Alors qu’il enregistre son deuxième album, Izarry, auteur, compositeur, interprète franco-italien, a fait une pause pour une discussion musicale. On avait rendez-vous tout près de cet européen scène dont il a testé les planches il y a quelques mois. Son premier album « Toute la distance » lui a permis de faire les premières parties de Calogero et de rencontrer Gioacchino Maurici, son frère. Le courant étant passé ce dernier a décidé de réaliser son nouvel album. Izarry a su bien s’entourer car on y retrouvera également les talentueux Pierre Jaconelli et Philippe Entressangle.

Sa playlist VIP :

  • « La nuit je mens » – Alain Bashung : C’est un texte qui m’a parlé. Car il est humain. C’est une personne humaine avant tout. J’aime beaucoup l’univers musical de Bashung. Alain Bashung est incontournable pour moi. Ce titre tourne très très souvent dans mon ipod.
  • « Someone like you » – Adele : C’est une superbe chanson d’amour. Je connais Adèle depuis très longtemps. J’adore son album « 19 ». ça peut paraître banal maintenant de citer Adele. Mais elle a une super voix. Quand on aime un artiste avant qu’il explose on aimerait un peu le garder pour soi. Mais c’est bien qu’elle soit reconnue comme ça.

  • « Yalla » – Calogero : Car j’ai un parcours assez lié par mon actualité. Car j’enregistre avec son frère. J’ai beaucoup aimé l’album « 3 » et notamment cette chanson. Il avait écrit ce morceau en pensant à Soeur Emmanuelle. C’était le cri du coeur qu’elle lançait souvent. Ce morceau est très très bien arrangé. L’interprétation est juste magistrale. Calogero est assez doué dans les ballades. L’album tout entier est incontournable. Mais mon coup de coeur c’est « Yalla ».
  • « Caroline » – MC Solaar : C’est un grand poète. Il manque beaucoup à la musique française. J’espère qu’il va revenir très vite. Il semblerait que ce soit l’année prochaine. Aujourd’hui ça parait original de le citer, mais à l’époque c’était un gros carton. Quand j’éai découvret MC Solaar à l’époque ça avait fait l’effet d’une bombe. C’était sorti de nulle part. C’était une révélation alors que c’était pas mon univers musical à la base. C’était le premier rappeur qui avait des textes poétiques. Je suis très attaché à la langue française. J’ai choisi des artistes qui ont vraiment des choses à dire. MC Solaar a réussi à rassembler ce côté pop variété et le rap. Il faut vraiment qu’il revienne.
  • « Le paradis blanc » – Michel Berger : c’est un morceau grand public. Pour moi ça reste la bible, le testament de la musique française. C’est un morceau qui touche à la sensibilité. C’est un soulagement quand je l’écoute. Il emmène vraiment ailleurs. Il avait un énorme talent de mélodiste et sur les arrangements. C’est un des morceaux qui m’a amené à faire de la musique aujourd’hui. Il tourne dans mon ipod aussi.

  • « A l’envers à l’endroit » – Noir Désir : J’ai été bercé par le rock français depuis tout petit. Noir Désir est incontounable. J’ai aimé tous leurs albums et plus particulièrement le dernier « Des visages des figures ». Ils me manquent beaucoup. Le dernier album est plus acoustique, serein, plus posé. J’ai trouvé ça bien. Quand je mets cet album je mets tout de suite cette chanson. L’ambiance du morceau, le texte, la présence du chanteur vaut du Brel. C’est l’interprète absolu actuel. J’ai eu l’occasion de voir le concert juste avant qu’ils arrêtent. C’était en pleine crise des intermittents. Le concert avait failli être annulé. Ils avaient commencé avec 2h de retard. J’ai pas regretté d’avoir été patient et d’attendre qu’ils commencent.
  • « Soldier of love » – Sade : J’ai connu assez tard Sade. J’ai découvert tout ses morceaux il y a à peine deux ans. Et quand j’ai appris qu’elle revenait je suis allé la voir en concert. Ce titre est une bombe au niveau musical. Des musiciens de dingue. C’est un morceau qui m’a vraiment touché. C’est du lourd. Elle a eu peur de rien car c’est un morceau qui fait 6 minutes. Elle revient après sept ans d’absence en se foutant des formats. Peu d’artistes peuvent faire ça. J’ai trouvé ça culotté. Elle s’est pas éloigné de ce qu’elle faisait il y a sept ans. Je trouve ça absolument dingue. On voit que tous les artistes s’adaptent au mode actuel et pas elle. En live c’était encore mieux. Elle sait bien s’entourer. C’est le titre le plus efficace de l’album.
  • « En travers des néons » – Damien Saez : Je l’ai connu très tôt quand il sortait son premier album. ça fait parti de mon adolescence. On dit toujours que Saez c’est un côté adolescent torturé. Mais c’est vraiment tombé juste avec cette période là pour moi. Ce titre est sur l’album « Debbie ». Je suis sensible aux arrangements. C’est très rock, très acoustique, très profond. Il y a toujours une ambiance avant même la mélodie. Saez c’est un interprète, c’est pas un chanteur. ça vient des tripes. En live c’est encore mieux.
  • « 9 Crimes » – Damien Rice : Je connais depuis très très longtemps. A l’époque j’en parlais aux gens. J’aime beaucoup découvrir les artistes à la Fnac. Il faut en profiter pendant que ça existe encore. Damien Rice a été souvent dans les indépendants. Quand il est revenu avec son dernier album j’ai adoré le titre « 9 Crimes ». Il a été choisi pour une BO de film. J’aime le côté brut de pomme avec la voix de sa violoncelliste. C’est un artiste qui touche aux tripes. J’aurais pu citer bien d’autres chansons de Damien Rice. C’est un diamant brut. Il faut être dans un état d’esprit particulier pour écouter Damien Rice. C’est comme une coupe de champagne. C’est bien de temps en temps. Je l’ai vu à La Cigale. C’est le meilleur concert que j’ai vu. Il fini à capella avec un réverbère. Ce que j’ai adoré c’est qu’il avait réarrangé ses morceaux pour l’occasion. C’était terrible. Il fait pas semblant. C’est un artiste.
  • « Bonnie and Clyde » – Serge Gainsbourg : C’est pas très original de le citer. Mais musicalement c’est un chef d’oeuvre. On a beau dire ce qu’on veut Gainsbourg c’est incontournable. Je connais pas beaucoup de gens qui n’aiment pas. Malgré que de son vivant ce n’était pas le cas. Cette chanson essentiellement pour son instrumental et son interprétation. Et pour la manière qu’il avait d’apporter cette touche féminine de personnes qui n’avaient pas forcément de grandes voix. Mais qui chantaient avec subtilité. J’aime beaucoup ça. Biolay a pris un peu le relai.

Le clip :

Izarry sur le web :

Son site officiel

Concerts :

Pas de concerts.

[top]